Interview Père Guy Lecourt

19 mars 2017
Submit

Tout au long de la construction de la nouvelle église, nous vous proposons d'interviewer différents acteurs de notre paroisse afin de partager avec vous le ressenti de tous au fur et à mesure que le projet se concrétise.
Première interview, le Père Guy Lecourt qui a réagi à la présentation du 19 mars.

Quels ont été pour vous les points forts du 19 mars ?

Sur la forme, j’ai beaucoup apprécié les temps d’échange en petits groupes, à la fois riches et très respectueux. Et ce travail d’appropriation du projet par les paroissiens me parait très important, c’est ce que nous avions fait aussi pour la construction de l’église de Chatou.

Sur le fond, ce qui m’a le plus marqué durant cette journée, c’est la présentation par le père Marko Rupnik. Son inspiration prend racine dans la tradition biblique et il nous a bien montré comment l’espace est ce mouvement de Dieu vers l’homme et de l’homme vers Dieu, un espace de rencontre. De mon expérience de construction de St Quentin des Sources et de Chatou, je mesure la chance d’avoir affaire à un artiste qui est également théologien. D’une certaine façon, il s’efface au profit de ce qu’il a trouvé dans la tradition de l’Eglise qu’il lie et relit pour voir comment Dieu veut rassembler son peuple.

Dans la présentation des esquisses par les architectes, quels sont les éléments qui ont retenu votre attention ?

Pour commencer j’ai apprécié ces architectes, à la fois compétents et qu’on sent de bonne volonté. C’est important pour la suite, croyez en mon expérience ! Je me suis retrouvé sur le chantier de St Quentin-les-Sources avec un plombier et un électricien qui n’avaient pas les mêmes plans ! Donc ce travail en synergie est très important ! Sur les plans eux-mêmes, je sais qu’ils vont évoluer mais comme beaucoup d’entre nous présents le 19 mars, je souhaite un meilleur accès à l’église et la possibilité de se retrouver à la sortie de la messe et une plus grande lisibilité extérieure du bâtiment en tant qu’église, sans doute possible avec un autre mobilier urbain. Je suis heureux de retrouver comme à Chatou un intérieur sans piliers et il faut veiller à ce que l’autel soit bien visible de partout, y compris des derniers rangs.

 

Qu’attendez-vous de ce nouveau centre de vie paroissiale pour notre communauté ?

Cela permettra déjà d’unifier davantage notre paroisse et ses 3 clochers, grâce à l’église mais aussi toutes les salles autour qui sont très importantes et que nous n’avons pas eu trop le temps de détailler le 19 mars. Aujourd’hui, nous manquons cruellement de salles paroissiales pour faire vivre notre pastorale, je le constate avec le catéchuménat. Pour les prêtres, ce sera aussi un soulagement réel car la routine peut nous guetter à avoir trop de messes à célébrer faute d’église suffisamment grande, sans compter l’épuisement des équipes d’animation liturgiques.

Et au-delà de ces questions, pouvoir célébrer aussi en grande assemblée nourrit le dynamisme de la Communauté et son sens de l’accueil. Toute la semaine vous êtes seuls, à l’école, au travail, se retrouver pour célébrer fait du bien, vous goûtez au fait de ne pas être seuls à vivre votre foi et cela encourage à la partager plus largement. A Chatou, une personne me reprochait un jour que l’on dépense tant d’argent pour construire une église alors qu’il y a de moins en moins de pratiquants en France. Je lui ai répondu « Vous manquez d’Espérance ! ». Et bien, la nouvelle église de plus de 700 places est pleine et les petites églises ne se sont pas vidées pour autant ! Si nous ne croyons pas que Dieu sollicite, parle aux gens, encore aujourd’hui, autant tout fermer ! Nous devons accueillir, même plus, nous devons participer à ce projet en nous disant que c’est un signe pour nos villes de la vitalité de notre Communauté !